« Papa, t’avais envie d’être là quand je suis sorti du ventre de maman ? »

Si l’un de nos enfants venait à poser cette question, je serais vraiment curieuse de les écouter tous les 2 en parler, de voir notre enfant écouter les raisons énoncées par son papa, mon cher et tendre, qui l’ont mené à faire ce choix… et de se rendre compte alors à son tour que son papa a fait ce choix en conscience et en concertation avec le mien… d’être présent ! Car en effet il avait le choix…

Dans la plupart des cas, les papas sont invités ou plutôt priés d’être présents tout au long du travail de l’accouchement et à la naissance !

Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui la grande majorité des femmes mettent leur bébé au monde dans le service « maternité » des hôpitaux… et ce serait tout de même bof bof d’aller, dans cet endroit quasi voire totalement inconnu et impersonnel, toute seule… ça ne donne pas vraiment envie ! Et demander à leur maman ou à une amie de les accompagner… ça, ce serait complètement « has been » « bizarre », ça ferait « pas conventionnel »… alors que…

Ce qui fait conventionnel maintenant est d’y aller en COUPLE.

Ca, c’est la norme !

Que l’accouchement se vive à la maternité, en maison de naissance ou à domicile… mais pour cette dernière option, le papa se sent certainement plus libre d’aller et venir… il est chez lui !

Et pourtant si on posait la question aux mamans…

Avec qui auraient-elles envie d’y aller ? en toute sincérité et honnêteté… pour être tout à fait à l’aise, dans leur corps, leurs mouvements, leurs positions, leurs attitudes, et donc ne pas redouter que certaines parties de leur anatomie soient dévoilées au grand jour et dès lors « observées » par leur bien-aimé. Une grande partie de ces mamans aurait probablement envie de répondre :

« Je demanderais bien à cette femme pour sa douceur, son calme »,

« Je demanderais bien à cette maman pour son expérience, elle a déjà accouché, elle saura me dire, me rassurer »,

« Je me sentirais en toute confiance avec cette amie de longue date »,

« Je préfèrerais la présence d’une accompagnante, une professionnelle de la périnatalité »


Mais cela ne se fait pas de ne pas y aller avec son homme, avec le papa de son enfant à naître… et cela nourrirait notre égo qui s’en donnerait à coeur joie en nous chuchotant qu’ « on pourrait croire qu’on s’est disputé », « on pourrait croire qu’il m’a laissée tomber », « on pourrait croire qu’il s’en fiche de la naissance de notre enfant »,… et ce serait vraiment gênant, jugeant, ça, même humiliant !

Alors, pas le choix, ce sera lui qui viendra : « Oui, oui bien sûr, il sera là ! ».

D’ailleurs, on ne nous a pas demandé ce que nous voulions, en fait, c’est établi, c’est comme ça, point barre.

Et pourtant si on posait la question aux papas…

Si eux, ils ont envie, souhaitent être présents à la naissance de leur enfant… qu’oseraient-ils nous répondre sincèrement, honnêtement ? Une grande partie d’entre eux, aurait juste envie de probablement répondre :

« Si je ne suis pas obligé d’y aller ? Alors je préfèrerais que non »,

« Je n’ai pas envie de la voir souffrir »,

« Je ne me sens pas assez préparé »,

« Je ne saurai pas quoi faire pour la soulager »,

« Je me sentirais plus à l’aise si une tierce personne pouvait aussi être présente »

Cependant, ils redoutent ce que l’on pourrait penser d’eux « Quel lâche », « Il les abandonne », et puis finalement y aller, ça évite toute discussion, tout conflit avec madame… qui a autre chose de bien plus important à gérer elle : mettre notre bébé au monde.

Pourtant, si on laissait parler et choisir les papas, il y aurait tant de possibles… certains arriveraient dès la naissance annoncée, d’autres attendraient dans la salle d’attente, calmement, en dormant, le moment M pour alors venir donner la main à leur moitié pour accueillir ensemble cet enfant tant attendu, d’autres encore choisiraient de venir le lendemain, juste le temps d’assimiler cette nouvelle d’être papa pour de bon, pour de vrai…

Ici, je ne parle pas, bien évidemment, des papas qui ont cette envie, ce désir au plus profond d’eux d’être présents, qui se sentent à l’aise avec la naissance, qui s’y sentiront tout à fait à leur place… et de même pour les mamans qui, quelle que soit l’intensité du travail, se sentiront à l’aise en compagnie de leur homme.

Ici je m’adresse aux mamans et aux papas qui ne se sont pas posé la question ou qui ne savent pas qu’ils peuvent se poser cette question ou qui ne se doutent pas qu’il y a d’autres possibles…

Et donc qu’ils peuvent en tout amour, en toute bienveillance, avec beaucoup de respect, se la poser… et trouver leur réponse, qu’ils ne seront pas jugés (et s’ils le sont, finalement, est-ce si important si ils savent pourquoi ils ont fait ce juste choix pour eux et pour leur bébé), puis aussi, ils donneront un nouvel exemple, un nouveau possible à d’autres couples qui oseront eux aussi faire leur propre choix en conscience sans avoir à suivre les dictats d’une société qui semble avoir oublié où se trouve l’essentiel : le bien-être de maman et papa pour le bien naître de leur enfant… et si c’est un petit garçon, il pourra alors se poser la question le jour où il deviendra papa à son tour.

☆ ST – 15052018

*********************

L’inspiration et l’envie d’écrire cet article me sont venues suite à la lecture de ceci :

« Près d’un tiers des hommes auraient préféré ne pas être présents lors de la naissance de leur bébé »

Source : http://www.slate.fr/story/161371/pres-dun-tiers-des-hommes-auraient-prefere-ne-pas-etre-presents-lors-de-la-naissance-de

et aussi suite aux témoignages recueillis tout au long de ces dernières années auprès des femmes, des hommes rencontrés sur mon chemin de doula, de maman, de femme…

Crédit photo : Kelly Sikkema